• header top

On trouvera ci-dessous deux essais parallèles de grammaire pratique de la langue syriaque (dialecte de l'araméen). Il ne s'agira pas d'entrer dans trop de détails, le but étant plutôt d'offrir des bases qui inciteront certains des lecteurs/lectrices à se lancer dans l'aventure : apprendre le syriaque ! Car cela est moins compliqué qu'il n'y paraît ...

Pourquoi deux grammmaires parallèles ? Parce qu'il y a deux manières d'apprendre une langue :

  • la méthode inductive : on part directement d'un texte qu'on analyse en détails. C'est naturellement ainsi que nous apprenons tous notre langue maternelle. Cependant, en tant qu'adulte apprenant une autre langue, la démarche peut paraître quelque peu chaotique, dans la mesure où l'apprentissage de la grammaire s'élabore au fur et à mesure de la découverte d'un texte particulier, sans classification des niveaux de difficulté des points grammaticaux abordés. Par contre, on acquière vite un "feeling" de la langue et la motivation va vite croissant au fur et à mesure que l'on commence à comprendre le texte.  
  • la méthode déductive : on part d'une analyse détaillée de la langue, généralement structurée autour des verbes, noms (et adjectifs) et particules, avant d'aborder des "vrais" textes. Cette approche a l'avantage d'être progressive dans la confrontation aux difficultés croissantes d'une langue. Mais on peut aussi avoir le sentiment d'être noyés par beaucoup d'informations qui, sans le support d'un "vrai" texte, deviennent très vite abstraits ... et aussitôt oubliés !  

Pour ma part, j'ai commencé l'étude du syriaque en lisant deux fois le Thackston (voir Références) ... et j'ai immédiatement attaqué la lecture de l'évangile de Jean ! Un peu de déduction (grammaire) avant de procéder très vite par induction (texte).

Pour vous aider à cet apprentissage et profiter pleinement des traductions interlinéaires proposées sur le site de la Peshitta-NT (translittération en caractères latins + traduction littérale), les deux grammaires proposées sont écrites en syriaque translittéré (i.e. écrite en caractères latins), avec toutefois nombre de tableaux et citations doublés en syriaque (écriture estrangela) afin d'apprendre sans douleur cet alphabet sémitique dans le magnifique script d'Edesse.

La grammaire inductive collera strictement au texte, en l'occurrence l'évangile de Jean, sans digression aucune et avec l'aide précieuse du classique Clavis Syriaca d'Henry Whish (1883 : voir références). C'est elle qui sera privilégiée sur ce site.

Ensuite, les points de grammaire abordés de manière inductive seront réintroduits dans le plan de la grammaire déductive, qui ne pourra donc se lire de manière continue ... qu'à la fin du processus ! Ce n'est cependant pas vraiment un problème, au vu du nombre de grammaires syriaques qui existent déjà, en français, anglais ou allemand. Celui/celle qui ne fonctionne que déductivement n'aura que l'embarras du choix : l'offre existe déjà.  

Enfin, certaines sections de la grammaire déductive seront par ailleurs complétées par des digressions vers les dialectes araméens & l'hébreu, l'arabe & l'accadien à fin de comparaison et pour sa culture personnelle. Par "araméens", il faut entendre les autres dialectes de l'araméen : judéo-babylonien, judéo-palestinien, samaritain, etc. Par "hébreu", il faut entendre l'hébreu biblique. Les amateurs d'induction seront invités par des renvois à s'y référer, ne serait-ce que par curiosité !

Vaste projet s'il en est ! C'est pourquoi il sera mené à bien de manière progressive, avec des révisions & corrections régulières ...

Voici l'introduction et les références bibliographiques de ce travail.

Voici donc les deux volets inductif & déductif de ma grammaire :

 

Au travail !

En Lui,

Jean-Marie